Ne pas être crue… terrible à vivre!

Quand on vit de la violence, ce qui est difficile c’est de briser le silence. Ça prends beaucoup de courage pour oser demander de l’aide. Tous ceux qui ont passé par là, savent de quoi je parle.

Qu’en est-il lors quand on ose et que l’ont nous prends pas au sérieux ? Par expérience, laissez moi vous dire que c’est une situation extrêmement difficile à vivre.

Je vis une situation de violence psychologique avec mon propre père depuis que je suis toute jeune.  Je vis en région dans une petite place où les gens se jugent beaucoup entre eux et où parler de certaines choses est encore beaucoup trop tabous. Voila pourquoi à l’âge de 14 ans, lorsque j’ai pour la toute première fois décidé de demander de l’aide, on ne m’a pas prise au sérieux et on a banalisé ma dure réalité.

Mon père etait un homme riche et moi sa seule fille unique. Les gens me jugeaient déjà beaucoup toute jeune car dans leur tête, une enfant gâtée n’avait « pas le droit de se plaindre ». Les gens m’enviaient et il n’y avait pas grand place à la compréhension de ce que mon père me fesait subir, et tout simplement parce que je n’etait pas le « garçon qu’il a toujours voulu »

comme mon père etait pêcheur de crabes, il aurait voulu un garçon pour reprendre les reines de la compagnies mais après plusieurs fausse couches de ma mère, il n’ont pas reussi à avoir ce garçon tellement désiré par mon père, ce qui l’a complètement dévasté. J’ai même vu mon père pleurer de cette situation.

Je me suis vite sentie rejetée, évidemment et ce sentiment est demeuré présent tout le long de ma vie au complet et à emmené énormément de frustrations et de conflits entre mon père, ma mère et moi.

Je n’ai jamais eu de discussions normales et logiques avec mes parents. Ma mère ne parlait pas et mon père avait un contrôle sur tout tout tout. Il n’avait jamais tord, et n’a jamais admit aucun de ses comportements comme étant un problème. Peu importe le sujet de discussion, c’etait toujours moi la cause du problème. Nos discussions se terminaient toujours en chicanes et à chaque il partait se plaindre à la famille autour que sa fille « n’avait pas d’allure » qu’elle le rendait fou et il fesait pitié sur mon dos pour que quelqu’un prenne sa défense et vienne me « rentrer dedans » par la suite. Ca toujours été comme ca toute ma vie.

Comme ma mère n’a jamais parlé ni même prit ma défense, j’ai grandit en passant pour la « petite fille gâtée détestable » qui fesait « souffrir son père ».  Ma mère essayait souvent jeune de lui expliquer que ce n’était pas moi souvent la cause du problème mais il n’a jamais admit rien ni aucun de ses comportements malsains par le fait même.  Et devant le monde ou devant la famille qui venait me chicaner en l’écoutant se plaindre sur mon dos, ma mère gardait le silence aussi. Donc jamais je n’ai pu être crue ni par la famille, ni par les services auxquels j’ai demandé de l’aide à l’âge de 14 ans.

Dans ma tête de p’tite fille, je l’ai réalisé très tôt que mon père ne serait jamais « mon hero » comme on le souhaite étant enfant. Mais je savais déjà parcontre que ce n’était pas ma faute même si on ne me croyait pas. Ça doit être à partir de ce moment-là que j’ai développée ma carapace et du même fait ma confiance en moi, étant donné que j’étais seule au monde sans même ma mère pour prendre ma défense, surtout devant les gens autour et aux yeux de la famille.

Je me suis sentie tellement abandonnée et mal comprise si jeune, sans personne à qui parler de tout ça. J’accumulais la rage et les comportements allaient de soit aussi! Et évidemment mes « crises » renforçait son obsession de démontrer à tous le monde que j’etait folle comme il le disait ! Des phrases qui démolies à p’tit feu…

– tu peux ben te faire haïr  – personne ne voudra rien savoir de toi folle comme que t’es – tu vas m’faire rentrer à l’hopital – t’es pas endurable – tu devrait avoir honte – tu vas voir c’qui va t’arriver (le doigt en l’air) et j’en aurait une liste longue comme le bras 😢

et bien à 14 ans, la première fois où j’ai osé demander de l’aide, je croyais que tout changerait ou que quelqu’un m’aiderait à améliorer la situation. Sauf que ca été un début sans fin et sans changement car on n’a banalisé  ce que je disais et comme je n’avait personne pour me défendre (ma mère) et bien on ne m’a jamais prise au sérieux.

De là s’en suit une amalgame de demande d’aide a gauche à droite et cela n’a jamais cessé depuis. J’ai demandé l’aide de la dpj, on ne m’a pas crue et on a placé mes enfants.

Aujourd’hui mon père est ruiné.. et évidemment c’est la faute à qui selon lui ? Sa fille!

En résumé… quand on ne prends pas les appels a l’aide de quelqu’un au serieux … ça brise carrément des vies !

La violence ne cesse pas comme par magie si personne n’agit, et j’en suis la preuve vivante. Mon père appelle les polices encore aujourd’hui juste parce qu’il m’hais .. et il le fait dailleurs depuis mon secondaire… les policiers… les services ont toujours fermés les yeux … si bien qu’aujourd hui à 41 ans j’en suis totalement épuisée et je n’arrive même pas a me trouver un liyer ni un emploi car les gens me voient encore et toujours comme la petite gâtée qui fait tant souffrir son père.

L’INJUSTICE D’UNE VIE … car ON NE M’A JAMAIS CRUE !

Terrible à vivre

bonne journée et siyez allerte aux appels à l’aide des gens autour de vous… vous pourriez leur sauver la vie !

Chow 🌸🍃☮️

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s